mardi 24 mars 2015

Impromptu n°7

avis-de-deces.net

Je ne sais pas, j’étais près d’écrire un mot de condoléance, et puis je me suis retrouvée sur des modèles-types, bien sûr je peux écrire ce que je ressens, la peine mais pas seulement, mais comme je sais que je n’oserai pas entrer dans cette maison, saluer ce corps sans esprit, et que finalement les mots à écrire sont si simples : je suis heureuse d’avoir connu le temps d’une fin d’après-midi l’être cher qui vous a été ravi, ravi c’est un peu vite dit, parce que ça n’a pas été instantané. De longues années que votre moitié souffrait, entre embellies et interminables hospitalisations, mais vous l’avez connue si longtemps, et c’est ce qui est dramatique, moi c’était juste un instant et elle a su voir à travers moi. C’était comme une complicité entre futurs morts. Un clin d’œil chaleureux. Une séduction aussi. 

vendredi 6 mars 2015

Impromptu n°5

Un si joli rêve, tu étais là avec ton amie brune, tu venais d’arriver, tu étais un peu timide et puis ensuite plus du tout, entre temps tes lèvres gercées s’étaient posées sur les miennes pour nous dire bonjour. Ce n’était rien, pas plus que de serrer la main à un supérieur, ou faire la bise à une collègue, c’était naturel.
Tu es repartie avec l’affiche où j’écrivais tout, du brouillon, des ratures, tranquillement tu l’as décollée du mur, j’étais gênée, et contente, et surprise que tu trouvas ça si bien pour l’emporter avec toi.
Un si joli rêve car le rêve précédent, une mouche m’avait piqué la jambe et pondu, l’infirmière soulevait ma peau et raclait…puis j’avais un sparadrap, sans être sûre que tous les œufs fussent enlevés.
Je ne sais pas si tu l’as remarqué mais moi j’avais totalement oublié ma jambe, tu arrivais dans cette pièce, derrière toi flottait la chevelure brune et ondulée de ton amie.
J’ai des rêves très impromptus, mais ce rêve-là cette nuit fut un signe pour t’écrire et crier tout le silence dont  mon rêve nous parlait.