dimanche 27 janvier 2013

Accord et moi...ce sourire !

Il pleut. Le bruit des gouttes de pluie sur les vitres a quelque chose de rassurant, une danse en cadence qui sonne la fin toute blanche d’un grand silence. 
 
Derrière le verre réapparait le vert mais pas celui de l’hiver rouge en sapin, car les mots effacés d’hier ne me reviennent pas amers, même si j’ai le regret de ne toujours pas savoir garder en leur demeure sous terre la tristesse des souvenirs passés.
Ainsi fond la neige, et les canons des chasseurs qui retentissent, m’emplissent le cœur gros pour tous les Jeannot(s) afin qu’ils déguerpissent…

J’écris ici de bas en haut, surtout pour toi, surtout pour moi, surtout pour elles et quelques eux, surtout pour le je du féminin plurielle, sur tout aussi, mais certainement pas pour juger d’où je suis le peu que je puisse entrevoir de qui que ce soit, d’ailleurs les noms propres s’accordent-ils en nombre même s’ils n’ont pas de genre ?
the end of tokyo ;)
Me voici quelque peu rassasiée, quelque peu en vie de reprendre le cours de ma journée, il me fallait dire au moins cela pour me délivrer l’esprit, déverrouiller les jambes de mes bottes aux mille sept cents sortes de caoutchouc, et par mon verbe redevenu alerte dégourdir toutes ces pensées qui m’enlisaient en sifflements du vide au fin fond de mon être…dépossédée…et travestie. 
 

10 commentaires:

  1. "J'ai appuyé..." ;))))

    RépondreSupprimer
  2. Quel plaisir de retrouver la possibilité de te lire et d'observer ton "évolution", tes joies et tes peines. Pour moi, qui n'aime pas trop parler sur un plan personnel (j'ai fait des efforts) c'est un monde qui s'offre. Je t'embrasse, ma Princesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est vrai Belle Ariaga que j’ai changé…mais je suis toujours la même, fidèle à retrouver tous les mots qui m’emmènent.

      Je t’embrasse

      Supprimer
  3. Je fais de même, sur des aires enneigées où je stoppe et observe la fonte des neiges et des sentiments travestis d'hier. Je t'embrasse et renouvelle mon amour de tes écrits d'aujourd'hui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mystérieuse Amista,

      C’est avec plaisir que je retrouve ta trace par-delà les cimes verglacées de l’amour…

      Merci profondément pour tes mots de toujours

      Supprimer
  4. Je suis venue te relire car j'avais le souvenir que, dans ce texte, tu donnes une raison d'écrire. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je donne une raison d’écrire, enfin au moins une : celle d’être re-lue !!!
      Je souris et je t’embrasse Belle Ariaga

      Supprimer
  5. tu n'écris plus beaucoup, dis-moi.

    RépondreSupprimer

Laisser quelques mots ?