samedi 27 décembre 2014

Don’t be cruel



Ce soir j’aurais bien aimé appeler au téléphone, à l’aide, la mère de l’Amiral…mais oups… elle était morte…et de toute façon je n’ai jamais eu son numéro de téléphone. C’était une idée comme ça pour taire mon angoisse, pour lui demander ce qu’elle faisait quand son fils s’ était écorché de partout, mais la réponse je la savais déjà : c’était sa grand-mère qui savait tout !
Il ne m’était pas venu à l’esprit d’interroger ma mère parmi tous les morts, je pensais qu’elle aurait paniqué comme moi en restant calme, et puis appelé le fils de l’Amiral qui aurait dit d’appeler les pompiers et le samu…
Alors l’Amiral  saignant le sang de partout, se désolant pour sa belle veste, sa casquette perdue en bout de champ, quant à ses lunettes (les plus meurtrières de la joue)  ne s’en souciant guère, opéré d’un œil de la cataracte (ah oui !)  demeurèrent encore à retrouver quelque part sur l’asphalte non éclairé de ce village de …..fut pris en charge ! par toute une équipe de femmes et d’hommes, plus de femmes que d’hommes en fait, et l’Amiral apprécia !

Bref, si vous avez aussi un Amiral à la maison, ne paniquez pas, faite le 15 !!!

2 commentaires:

  1. Ben dis donc ! ! Bonne fin d'année à vous deux alors ... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci,
    Et belle année 2015 à toi Amista ;)

    RépondreSupprimer

Laisser quelques mots ?